Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Penser le genre catholique

Penser le genre catholique

Ce blog cherche à réfléchir sur la place des corps et des sexes dans les enjeux de sécularisation auxquels doit faire face e christianisme occidental à l'époque contemporaine (XIXe-XXe), et plus spécifiquement la tradition catholique, depuis les années soixante (second féminisme, révolution sexuelle, émancipation des minorités sexuelles). Il s'intéresse également aux expériences militantes et associatives qui portent ces questions au prix d'une remise en cause des normes.

Les catholiques sont-ils entrés dans l'ère communautaire ?

  • Guillaume Cuchet, "L'Entrée des catholiques dans l'ère communautaire", Esprit, août-septembre 2013, pp. 199-202.

Intéressante thèse que celle soutenue par l'historien du religieux Guillaume Cuchet dans le dernier numéro d'Esprit : les catholiques français seraient rentrés dans l'ère communautaire. Pour lui, la principale leçon qu'il faut tirer de la mobilisation de catholiques contre le mariage pour tous, tout le long de l'année dernière, c'est le remplacement dans la société française de la matrice culturelle commune — "l'Église" — par une "communauté" catholique, semblable à ses homologues juives ou musulmanes. Cette communauté catholique aurait sa sociologie propre : blanche, avantageuse, urbaine, connectée.

Un catholicisme français devenu communautaire ?

Un catholicisme français devenu communautaire ?

Guillaume Cuchet dans le premier temps de son analyse critique les thèses de la disparition du catholicisme dans la société française, qui s'étonnent ensuite de sa résilience — l'hypothèse du "catholicisme zombie" du dernier ouvrage de Le Bras et Todd par exemple*. Selon lui,

c'est confondre deux choses : l'ampleur du décrochage sociologique du catholicisme français depuis le milieu des années 1960, qui est incontestable, et l'avenir de ce même catholicisme, qui ne s'y laisse pas ramener, même s'il a changé d'échelle.

p. 200

Par contre, il pointe de manière manifeste la marginalisation de ceux et celles qui ont formé les rangs des "cathos de gauche" et dont la période faste remonte désormais aux années 1970-1980 :

"ils sont aujourd'hui diminués, vieillissants et pas très aidés dans leur positionnement interne par une gauche laïque qui, désormais d'accord avec la droite sur la plupart des questions qui faisaient autrefois le vif de leur confrontation (économiques, sociales, constitutionnelles), ne se distingue plus vraiment d'elle que sur le terrain sociétal, où elle favorise des réformes difficilement compatibles avec la morale catholique traditionnelle, aussi élastique et susceptible d'évolutions qu'on la suppose.

Si le balancier du catholicisme repasse résolument à droite, Guillaume Cuchet ne suit toutefois pas monseigneur Dagens, qui s'est inquiété du retour des intransigeants dans une tribune de la Croix parue le 21 avril dernier. Pour l'historien, les "cathos" d'aujourd'hui ne sont pas réductibles à la frange de Civitas, qui incarne à ses yeux les héritiers de l'intransigeantisme du XIXe. Ils sont plutôt le fruit de l'esprit JMJ, pas forcément enracinés dans les débats historiques du catholicisme français, "modernes" dans la communication conservateur sur le terrain moral et social.

Joseph de Maistre, théoricien de l'intransigeantisme catholique au XIXe siècle.

Joseph de Maistre, théoricien de l'intransigeantisme catholique au XIXe siècle.

Enfin, Guillaume Cuchet part d'un paradoxe aux yeux de l'histoire : les catholiques français se sont retrouvé à défendre le mariage républicain honni au XIXe siècle et encore une bonne partie du XXe siècle. Comme en Italie, après Latran, "l'idéal catholique est longtemps resté le mariage religieux à effets civils" (p. 201). Pour lui, on ne peut comprendre ce curieux retournement qu'à la lumière du "nouveau seuil" de laïcisation (Jean Baubérot) que connaîtrait actuellement la société française :

Depuis les années 1960, [la laïcité] déroule les conséquences d'une nouvelle étape de son histoire [...] un "troisième seuil" (sociétal) de laïcisation, après le premier (politique) de la Révolution et le deuxième (social) des années 1880-1905 — qui correspond dans le domaine des questions de morale privée, à une forme de laïcisation de la laïcité. A contrario, le débat actuel révèle à quel point l'ancienne laïcité tenait encore à bien des égards au christianisme, dont elle était une produit de la sécularisation au carré que constitue le "mariage pour tous", le mariage civil traditionnel a pu apparaître pour les catholiques comme une ligne de repli acceptable où tenter d'arrêter le mouvement.

p. 202

Les catholiques sont-ils entrés dans l'ère communautaire ?

* Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, Le Mystère français, Paris : Seuil, "La République des idées", 308 p.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article