Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Penser le genre catholique

Penser le genre catholique

Ce blog cherche à réfléchir sur la place des corps et des sexes dans les enjeux de sécularisation auxquels doit faire face e christianisme occidental à l'époque contemporaine (XIXe-XXe), et plus spécifiquement la tradition catholique, depuis les années soixante (second féminisme, révolution sexuelle, émancipation des minorités sexuelles). Il s'intéresse également aux expériences militantes et associatives qui portent ces questions au prix d'une remise en cause des normes.

Théorie du genre/de l'évolution ?

Devant une guerre lexicale qui paraît parfois perdue — l'emploi de l'expression dans le langage médiatique et politique de "théorie du genre" plutôt qu' "études de genre" — j'en viens à me dire qu'il faut tirer ce qui pourrait être positif de cet état de fait.

Même s'il n'y a pas une seule et unique façon de concevoir le genre et que le mot théorie est de bien des façons une traduction problématique de l'anglais "theory", je me console en pensant qu'il y a un précédent dans l'expression "théorie de l'évolution".

Par un renversement qui s'est fait contre la majorité des Églises ou des théologies, l'idée, marginale socialement de Darwin, allait progressivement devenir le paradigme scientifique dominant pour concevoir la nature, la vie et l'origine humaines. Le courant des études de genre avance aujourd'hui que la bi-catégorisation homme-femme est soumise à une histoire, dépendante des sociétés qui l'animent et la font vivre, modulable et variable selon les époques et les lieux. Aujourd'hui, ce qui est appelé la "théorie du genre" va à la fois contre le sentiment de l'évidence, un certain degrés d'empirisme et nos traditions culturelles et religieuses. Hier, penser qu'il y avait un lien entre différentes parties du règne animal pouvait paraître tout aussi scandaleux.

Cette analogie, sûrement boiteuse, s'est comme illustrée par un message Twitter relevé aujourd'hui et qui me laisse encore sans voix. Des chrétiens assimilent eux-mêmes la théorie du genre et la théorie de l'évolution. Comprenez bien : dire que l'homme descend du singe serait aussi fumeux que dire qu'on ne naît pas femme, ni homme, mais qu'on le devient au fil d'une histoire et dans une société donnée. Il s'agit de l'œuvre de ce qui doit être, je l'imagine, d'un complot anti-chrétien :

Il y a quelques temps, un professeur de sociologie à l'Université m'indiquait dans un message "ce que font les évangéliques américains avec l'intelligent design les catholiques français le feraient avec le refus du "genre" et leur conception de la famille". J'ai trouvé cela excessif sur le moment, mais, désormais, je me dois de reconnaître qu'il mettait peut-être le doigt sur un des aspects les plus étonnants d'une forme d'anti-modernité catholique.

Alors que le créationnisme semblait circonscrit à la sphère fondamentaliste, plutôt protestante, ou au catholicisme traditionaliste, peut-être que, appelons le ainsi, le "strict différentialisme hétérosexuel" sera le front le plus vif de la rencontre entre les sciences religieuses chrétiennes et les évolutions des sciences tant biologiques qu'humaines et sociales.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article