Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Penser le genre catholique

Penser le genre catholique

Ce blog cherche à réfléchir sur la place des corps et des sexes dans les enjeux de sécularisation auxquels doit faire face e christianisme occidental à l'époque contemporaine (XIXe-XXe), et plus spécifiquement la tradition catholique, depuis les années soixante (second féminisme, révolution sexuelle, émancipation des minorités sexuelles). Il s'intéresse également aux expériences militantes et associatives qui portent ces questions au prix d'une remise en cause des normes.

Le genre sur wikipédia

Après une guerre d'édition qui dure encore, voici l'état actuel de la page Wikipédia concernant les études de genre. Elle synthétise ce qui était, il y a encore peu, contenu dans deux pages différentes : "genre (sciences sociales)" et "théorie du genre/gender" :

Le genre vulgarisé par Wikipédia

Il est plus qu'intéressant de voir comment un champ du savoir, encore récent et qui se retrouve au cœur d'une polémique politique, se fait sa place sur un site de référence. C'est d'ailleurs le bonheur de ce blog que de voir de l'intérieur comment une notion intellectuelle se construit socialement sur Internet. J'ai ainsi compris combien l' "objectivité" et la "neutralité axiologique" sont plus des régulateurs de la pratique que des critères évidents et transparents de la pratique. Il n'y a pas de connaissances pleinement et totalement acquises mais toujours des reformulations pouvant être remises en cause et il faut passer de très longs moments d'incertitudes et de débats, émettre beaucoup de doutes et d'hypothèse avant de parvenir à un consensus a minima. Depuis trois ans et le surgissement des débats autour du genre en 2011 avec les manuels scolaires, il a fallu un nombre incroyable de controverses électroniques, via médias interposés, pour éclaircir un tant soit peu de quoi on parle et élaborer des points de repères communs.

Une guerre d'édition a naturellement marqué la vie des différents des billets de Wikipédia, chaque contributeur, et c'est la règle de l'encyclopédie en ligne, se sentant en droit d'expliquer en quoi les études de genre étaient intéressantes, dangereuses, a-scientifiques, relevant uniquement des sciences humaines, etc. Avec d'autres chercheurs, je soutiens à titre personnel depuis trois ans maintenant l'idée qu'il faut réserver l'emploi de l'expression "théorie du genre/du gender à la façon dont les détracteurs, surtout chrétiens, parlent des études de genre. Je m'attache à montrer par quels canaux intellectuels, par quels biais et à travers quels filtres méthodologiques spécifiques (la psychanalyse et la biologie évolutionniste par ex.) ils le font. J'avance qu'à des rares exceptions, ce qui forge l'appréhension des études de genre est extrêmement négatif, les travaux de Tony Anatrella, Margaret Peeters, Elizabeth Montfort, Jutta Burgraf relèvent du registre de la plus vive polémique et ne laissent aucune place à une approche compréhensive des études de genre.

Ce n'est donc pas sans intérêt que je note la reformulation suivante au paragraphe "l'expression 'théorie du genre' " dans le nouveau article de l'encyclopédie en ligne (version du 5 juillet) :

Les expressions « théorie du genre » et « théorie du gender » apparaissent dans le monde francophone à la fin des années 1990, sous la plume d'auteurs catholiques qui rejettent ce qu'ils perçoivent comme une idéologie visant à déstabiliser les rapports femmes-hommes. Il faut noter d'emblée une guerre sémantique entre les opposants qui présentent les études de genre sous un label global de « théorie du genre » ou « théorie du gender », et les universitaires ou chercheurs en études de genre pour qui le genre n'est pas une théorie mais plutôt un outil ou une méthode qu'ils utilisent ponctuellement (...) Étant donné que les chercheurs refusent cette désignation, les opposants à la « théorie du genre » sont les seuls à avoir défini son contenu.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Théorie_du_genre#Critique_des_.C3.A9tudes_et_du_concept_de_genre

Qui définit le contenu de la "théorie du genre" ?

"Étant donné que les chercheurs refusent cette désignation, les opposants à la « théorie du genre » sont les seuls à avoir défini son contenu"... Cette expression m'apparaît particulièrement juste. Que ce soit les reformulations douteuses sur les terribles expériences de psychologie sociale menée par le psychiatre John Money sur David Reimer — à partir des travaux de Robert Stoller et avant l'emploi du terme de genre par Ann Oakley dans les études féministes —, le documentaire sur l'égalité des chances en Norvège qui, en 40 minutes, déconstruit pas moins que toute la "théorie du genre", les couvertures d'une brochure de la Fondation Jérôme Lejeune présentant un enfant s'interrogeant sur la réalité de son pénis, le fantasme l'a depuis longtemps emporté sur la raison dans cette histoire.

Le genre sur wikipédia

Des peurs ancestrales ont resurgi dans l'édification de l'ennemi intellectuel : celle de l'androgyne — alors que paradoxalement jamais la mode pour enfants ou des jouets n'a été aussi sexuée, surtout pour les filles —, celle de l'impuissance et de la castration des hommes — alors que les indicatifs aussi basiques que l'égalité salariale ou la répartition des tâches domestiques restent sans appel — et celle de la manipulation des enfants par des savants fous.

Et maintenant ?

La route continue, sans la naïveté de croire que les polémiques vont cesser et que des croisés courageux ne partiront plus en guerre contre le "gender", mais avec l'espoir que la raison l'emporte sur les passions, peut-être bien nécessaires, quand on réfléchit sur la différence des sexes et l'orientation sexuelle. Trois chantiers sont ouverts aujourd'hui dans la réception des études de genre. Le premier est à proprement parler universitaire : il faut tout faire afin de maintenir le label études de genre à l'Université comme un moyen trans-disciplinaire d'approcher les processus sociaux de sexuation et de sexualisation, les enjeux politique de domination et d'émancipation et la compréhension de l'(in)évidence sociale du genre.

Deuxièmement, il y a une question à proprement parler politique. Vouloir déconstruire les stéréotypes de genre, c'est être (pro-)féministe, car ce sont les femmes qui sont les premières à subir les injonctions de genre les plus diverses les renvoyant à leur nature, à l'espace domestique ou au plaisir masculin qu'elles devraient susciter par une érotisation permanente de leur comportement. Si cela passe par la formation des personnels puériculteurs, des enseignants, les programmes scolaires, pourquoi pas ? parlons en, je ne vois pas où est le tabou civilisationnel !

Exemple de choses à ré-interroger ?

Exemple de choses à ré-interroger ?

Troisièmement, le dernier chantier juridique est celui de la transidentité qui est évidemment au cœur d'une réflexion en terme de genre, même si l'orientation sexuelle l'a beaucoup emporté dans l'actualité récente. Les principes de Jogjakarta qui commmencent à pénétrer la réflexion sur les droits humains au Conseil de l'Europe ainsi qu'à la Cour Européenne des droits de l'homme et, tout récemment, à la commission nationale consultative des droits de l'homme en France, apportent des éléments neufs dans la lutte contre la violence sociale faite aux personnes transidentitaires (stastiquement documentée et politiquement ignorée).

Rapport Andreas Gross : "Combattre la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et sur l'identité de genre", Conseil de l'Europe, 2010.

Rapport Andreas Gross : "Combattre la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et sur l'identité de genre", Conseil de l'Europe, 2010.

De même qu'il existe un motif aggravant de diffamation et de discrimination en raison de l'orientation sexuelle ou de l'appartenance religieuse ou ethnique, ne faut-il pas protéger l' "identité de genre" ? Peut-on être renvoyé quand on annonce à son employeur sa transition ou quand on arrive au travail dans une tenue qui est celle de son genre ressenti et non celui associé socialement à son sexe anatomique ? La réflexion sur l'identité de genre permettra peut-être d'entamer un réel travail d'écoute sociale des difficultés propres posés par des parcours de vie trans encore soumis, il y a peu de temps, à la toute puissance de la médecine psychiatrique et, encore aujourd'hui, au mépris social. Ces questions méritent des réponses, pas des caricatures.

Pour aller plus loin :

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Else 07/09/2013 10:14

Merci!

Charlotte Matou 30/08/2013 10:44

L'article ayant été modifié plusieurs fois depuis le billet (la citation a notamment été reformulée), voici le lien vers la version du 4 juillet : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Genre_%28sciences_sociales%29&oldid=94685882