Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Penser le genre catholique

Penser le genre catholique

Ce blog cherche à réfléchir sur la place des corps et des sexes dans les enjeux de sécularisation auxquels doit faire face e christianisme occidental à l'époque contemporaine (XIXe-XXe), et plus spécifiquement la tradition catholique, depuis les années soixante (second féminisme, révolution sexuelle, émancipation des minorités sexuelles). Il s'intéresse également aux expériences militantes et associatives qui portent ces questions au prix d'une remise en cause des normes.

Romanité et anti-romanisme (III) : penser l'anti-romanisme

Le concept d’anti-romanisme permet de mettre en lumière et de comprendre le parcours d’un certain nombre de penseurs à la marge du catholicisme. 


 

♣ Illustrer la position ambiguë et complexe des historiens anti-romains

 

 

Même si leur situation diffère selon leur place dans l’institution (prêtre soumis au contrôle de la hiérarchie ou laïcs) et selon les époques, on ne peut que noter la position très délicate des historiens anti-romains qui critiquent des prérogatives romaines. Jusqu’où peuvent-ils aller dans la formulation de leur critique ? Comment peuvent-ils vivre leur dissidence ? L’histoire est pour eux comme un chemin d’explicitation et de clarification d’une critique. Certains estiment qu’il est possible de faire machine arrière et retrouver l’idéal des origines (Delumeau) alors que d’autres prennent conscience que c’est impossible (Fleury, Döllinger). Paradoxalement, il y a dans l’anti-romanisme des historiens une forme d’attachement au catholicisme qui se développe d’après leur propre culture (juridique, historique, mystique, etc). 


 

♣ Limites de l’anti-romanisme à l'époque contemporaine? 

 

 

image.jpgLe trait commun de ces historiens semble être leur malaise face à la notion de pouvoir et ils semblent davantage concevoir un catholicisme qui se passerait du pape ou lui accorderait moins de pouvoir. Plus qu’anti-catholiques, ils apparaissent souvent comme des catholiques-critiques. On retrouve ici le flou lexical et conceptuel courant pour désigner les catholiques en malaise de catholicisme surtout à l’époque contemporaine. Ils échappent aux grilles de lecture des époques précédentes (gallicans, jansénistes, ultramontains) et développent une fidélité à une culture et à une histoire catholique tout en refusant l’organisation institutionnelle ou la conversion. La typologie de ces catholicismes critiques (démocrates-chrétiens, progressistes chrétiens, réformistes chrétiens, conciliaristes) est encore à établir. A l'époque contemporaine, ce n'est pas tant Rome qui est refusé, quand les catholiques critiques se réfèrent au Concile par exemple, mais une certaine idée qu'ils se font du pouvoir romain (collégial, synodal, etc.). La part grandissante des laïcs dans les débats rend plus complexe une lecture institutionnelle des événements, ces derniers échappant aux mesures disciplinaires et relevant moins des instances romaines. D'autres sont aussi partisans d'une désinstitutionnalisation qui, si elle trouve Rome sur son chemin, ne fait pas de l'anti-romanisme un élément majeur de leur identité. 

 

 

♣ Genre et anti-romanisme, un angle-mort ? 

 

 

ordination072110.jpg

Manifestation devant Saint-Pierre de Rome de militantes de la Conférence pour l'Ordination des Femmes (Women Ordination Conference en anglais), 2010, crédit : site de la WOC). 

 

 

On pourra regretter que parmi tous les parcours évoqués lors de la journée d’étude de vendredi dernier, aucune intérêt particulier n’ait été consacré aux femmes - et aux minorités sexuelles -. Peut-être que dans une assemblée composée quasi-exclusivement d’hommes et où les seuls intervenants étaient des hommes, la théologie et l’histoire sont apparus comme des activités où les femmes sont évidemment invisibles ! Pourtant au XXème siècle, on trouverait sûrement des travaux d’histoire des religions portant trace d’un certain anti-romanisme à connotation féministe.... Que l’on pense à Ursula King, Christine Patterns ou Martine Sèvegrand sur différentes époques ! Sur le plan théologique, les mouvements comme la Women Ordination Conference ou Womenpriest sont de très virulents pôles catholiques anti-romains à l’époque contemporaine ; ils opposent des analyses plongeant dans des références historiques. D’après les tables des ouvrages publiés consultés, ils n’ont pour l’instant pas encore suscité l’interrogation des chercheurs du Réséa...        


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article